Analyse d'écriture (QC)

QUELQUES FAITS SUR L'ANALYSE DE L'ÉCRITURE

  • L’examen d'écriture dans le domaine légal consiste à observer l’apparence générale de l'écriture en litige avec des écritures de comparaison contemporaines.
  • La méthode d’identification de l’écriture est hautement technique. Elle permet d’établir une comparaison scientifique en vérifiant à la fois dans son ensemble et « trait par trait » les documents en litige pour les confronter ensuite avec les documents de comparaison. Il est intéressant de constater que cette méthode est aussi valable que celle de l’identification des empreintes digitales.
  • L'expert judiciaire en écriture et documents est tenu à la stricte confidentialité. Son code de déontologie lui recommande, entre autres, d’être impartial dans ses conclusions.
  • Les caractéristiques d’une écriture sont propres à chaque personne et se distinguent de l’écriture de toute autre personne.
  • Plusieurs manières d’écrire sont inconscientes et par conséquent comportent des automatismes qui demeurent inchangés.
  • L’imitation ressemble à un dessin et ne montre pas les traits inconscients et les variations naturelles d’une écriture authentique.
  • Personne ne peut reproduire tous les détails compliqués des habitudes inconscientes d’une autre personne.
  • Le scripteur moyen ne peut maintenir la concentration intense nécessaire pour produire une écriture déguisée car son écriture revient inévitablement vers ses caractéristiques naturelles. Il est en effet très difficile de chasser le naturel.
  • L’écriture déguisée est rarement constante.